Sans prétention

0
0
10

Rôle de l’assistante sociale : Accompagner : ne pas faire à la place mais faire avec nous a-t-on dit, qu’elle belle blague !
Combien de fois devrait-on refuser, sous prétexte de ne pas rentrer dans le schéma de l’assistanat : un appel au secours, une détresse, un doute, une question non posée.
Comment ne pas s’attacher aux personnes que l’on croise tous les jours, qui passent des heures dans notre bureau, qui pleurent dans nos bras, des enfants orphelins de présence et d’affection, des familles que l’on a plusieurs fois aux téléphone à qui on répète des dizaines de fois les mêmes choses.
Les gens qui viennent sans rendez-vous mais qui sont dans une merde noire.
Recevoir ceux qui viennent de loin, ceux qui sont dispo qu’une fois dans la semaine, ceux qui bossent de nuit ou de jour, ceux qui ne travaillent pas, ceux qui ne travaillent plus, ceux qui sortent du bar, des urgences, de chez le médecin ou de chez le voisin.
Accompagner dans la joie, avec le sourire, dans la déception, avec colère, dans la peine, avec humour.
Prendre les choses à cœur sans trop toucher trop souvent à nos limites, mais plutôt limiter nos limites.
Limiter la casse et arrondir les angles, utiliser des mots qui soulagent et qui rassurent, des mots que l’on veut entendre.

Qu’il faut comprendre et souvent les répéter pour se les approprier.

 

C. 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par socialworkerslife
Charger d'autres écrits dans Assistant de service social

Laisser un commentaire

Consulter aussi

On a tous quelqu’un qui nous reste en tête..

Ne reste pas là à pleurer devant ma tombe, Je n’y suis pas, je n’y dors pas…